TOP30 des Universités africaines : les anglophones en tête, l’Université Cadi Ayyad du Maroc (10e) et celle de Sfax (28e)

0

TOP30 des Universités africaines – alors que les Tunisiens polémiquent sur le niveau actuel de l’enseignement afin de décider de l’orientation à lui donner, le journal mensuel « Times Higher éducation » spécialisé en la matière vient de présenter, un classement des trente meilleurs établissements d’enseignement supérieur africains, et ce, lors d’un sommet des universités africaines qu’il organisait à Johannesburg, les 30 et 31 juillet 2015.

Parmi les surprises de ce « top 30 », l’absence d’universités prestigieuses telles que celle du Caire ou encore l’université Al-Azhar en Égypte, mais aussi l’université nigériane d’Ibadan, et l’université du Nigeria.téléchargement

À l’inverse, certaines universités moins connues ou moins renommées sont dans ce classement du mensuel spécialisé dans l’enseignement supérieur, par exemple l’université Cadi Ayyad (10e) au Maroc, Port Harcourt (6e) au Nigeria, ou encore l’université de Sfax (28e) en Tunisie.

Une seule université francophone dans les dix premières

Pas vraiment une surprise en revanche, la suprématie de l’Afrique anglophone sur l’Afrique francophone apparaît clairement à travers le classement. Les universités francophones ne sont que sept à y être représentées et neuf des dix premières sont anglophones, exception faite donc de l’université Cadi Ayyad, dixième.
L’Afrique du Sud rafle douze places, soit plus du tiers du classement alors que seuls, côté francophone, le Cameroun, la Tunisie et le Maroc voient les noms de certaines de leurs universités figurer dans ce « top 30 ».

Le concept Sciver Scopus et les critères de classement utilisés nous handicapent parce qu’ils tiennent compte des citations des travaux de recherche de ces universités (qui bénéficient de fonds spéciaux pour leurs recherches)

sfax-lancement-du-premier-master-professionnel-en-finance-islamique

Le classement a été réalisé à partir d’une vaste base de données, alimentée par le « Times Higher éducation » qui s’est servi de son expertise dans le domaine des études supérieures. À cela s’ajoute Sciver Scopus, une base de données transdisciplinaire lancée par l’éditeur scientifique Elsevier en 2004, selon le site du journal.

Les résultats s’appuient essentiellement sur la quantité de citations des travaux d’universitaires dans les publications de chercheurs d’autres académies. La méthodologie employée mérite, selon les dires des auteurs du classement, d’être améliorée, notamment grâce à la collecte de plus de données sur les universités et à l’ajout de nouveaux indicateurs.

Dorian Cabrol, contributeur Le Monde Afrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here