Tunisie (gouvernement Essid) : Touhami Abdouli annonce qu’une dizaine de femmes y feraient partie

0

Tunisie (gouvernement Essid) – Les choses semblent se préciser de plus en plus dans la composition du nouveau gouvernement.

Après la déclaration de Bochra belhadj Hamida dans laquelle, elle annonçait que 25% de l’équipe gouvernementale serait féminisée, voilà que Touhami Abdouli, membre de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) vient d’affirmer à son tour, sur les ondes FM, ce mardi 13 janvier 2015, que 10 femmes feront partie de la nouvelle équipe gouvernementale et que les choix se feraient sur la base des compétences.

37 serait éventuellement le nombre des membres du prochain gouvernement de Habib Essid, et ce, entre ministres et secrétaires d’État. Parmi les femmes nous pourrons, selon les femmes maghrébines, y retrouver :

  • olfa-youssefOlfa Youssef qui semble avoir sa place parmi les heureuses élues aux postes ministérielles. Elle se chargerait du Ministère de la Jeunesse et de la Société Civile. Un poste qui semble bien convenir à son CV : écrivaine et universitaire tunisienne spécialisée en linguistique, psychanalyse et islamologie appliquées. Elle a publié plusieurs ouvrages dont « Démunies de raison et de religion », « Confusion d’une musulmane » et « Le Coran au risque de la psychanalyse » publié chez Albin Michel. En 2002, elle soutient à l’Université de La Manouba une thèse d’État sur la pluralité des sens du Coran.
  • L’avocate Besma Khafaoui, par sa dignité et sa détermination, l’ex-épouse de Chokri Belaïda a ému les Tunisiens et a forcé leur respect. Après l’assassinat de Chokri elle a décidé de poursuivre le combat pour les libertés, elle pourrait décrocher. Le poste de ministre de la Femme et de la Famille.
  • Maître Saïda Garrach militante depuis des années pour l’égalité et les droits de la femme au sein de l’association des femmes tunisiennes démocrate pourrait postuler pour le même poste.
  • selma-baccar-667Salma Baccar pourrait, de son côté, prendre probablement la relève à Mourad Sakli comme ministre de la Culture et réaliser ainsi son rêve de toujours. Salma a fait ses études de cinéma à l’Institut français du cinéma puis a travaillé pour la télévision tunisienne comme assistante-réalisatrice sur le tournage de plusieurs longs-métrages. Durant sa carrière professionnelle, elle réalisa des courts et, longs-métrages, documentaires et séries télévisées. En 1990, elle devient la première productrice en Tunisie. La voilà depuis la révolution reconvertie en politique. Le 23 octobre 2011, elle est élue membre de l’assemblée constituante.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here