Carthage : une belle cérémonie commémorative du 4ème anniversaire de la Révolution du 14 janvier (légèrement chahutée)

0

Carthage – Au niveau des festivités commémoratives du 4ème anniversaire de la Révolution du 14 Janvier, la Présidence de la République Tunisienne a organisé, ce mercredi 14 janvier 2015, au Palais de Carthage, une cérémonie officielle présidée, par Béji Caïd Essebsi, le Président de la République Tunisienne, et ce, en présence d’une importante représentativité de l’État, de la société civile et syndicale ainsi que celle des blessés et martyrs de la Révolution.

Une cérémonie qui a été malheureusement interrompue par BCE, suite à un grand chahut provoqué par certaines revendications des familles des blessés et des martyrs (invités pour la circonstance). Particulièrement énervé par cette absence de respect du protocole, BCE apostropha les protestataires par un « Allez, Que Dieu soit avec vous » et quitta la tribune, et ce, après avoir en promis la reconnaissance et la décoration de l’ensemble des martyrs de la Révolution, tout en déclarant que : “Si les martyrs étaient en vie, ils n’auraient pas été d’accord avec vous (en s’adressant aux protestataires); les martyrs resteront à jamais dans nos cœurs et dans nos mémoires ».

La Révolution des jeunes et de la dignité se place dans la continuité des grandes actions de feu Habib Bourguiba

Auparavant et dans ce cadre de cette manifestation, le Président de la République, Béji Caïd Essebsi a prononcé un discours, rappelant que la Tunisie fête, en ce jour, la Révolution des jeunes et de la dignité, qui se place dans la continuité des grandes actions de feu Habib Bourguiba, que ce soit au niveau de la première révolution qu’a été l’indépendance, que celle de l’émancipation de la société et de la femme.

La corruption, la pauvreté et le chômage avaient mis à genoux le peuple qui s’était senti touché dans sa dignité

BCE - Tunisie-Tribune 300
Béji Caïd Essebsi, Président de la République Tunisienne

La corruption qui avait son atteint son paroxysme en 2010, alors que la pauvreté et le chômage mettaient à genoux le peuple qui s’était senti touché dans sa dignité, avait provoqué la révolution du 14 janvier qui avait fait 330 martyrs, 4000 blessés et 16 morts parmi les membres des forces de l’ordre.

Il faut éradiquer les causes qui ont engendré la révolution et retrouver ceux qui ont assassiné nos martyrs 

Béji Caïd Essebsi a commencé par marteler que la priorité des priorités demeure le combat de la pauvreté, de la marginalisation, du chômage et de l’impératif rééquilibrage entre les différentes régions du pays. « Il faut travailler pour l’union nationale et pour éradiquer les causes qui ont entrainé la révolution »,

BCE a ensuite rendu hommage à Lotfi Naguedh qui a été lynché lors d’une manifestation et à Chokri Belaid et Mohamed Brahmi assassinés (dont les meurtriers ne sont pas encore connus). « Nous devons crever le voile de la honte qui nous enveloppe et retrouver ceux qui les ont tués », s’était-il écrié !

Hommage aux forces de l’ordre et à la femme tunisienne pour son apport dans l’édifice de la démocratie

Relatant les militaires morts dans la lutte contre le terrorisme, BCE a réaffirmé qu’il place la lutte contre le terrorisme dans les priorités de la Tunisie.

Après avoir passé en revue certains événements marquants comme les élections législatives et la mise en place d’importantes instances nationales, BCE a salué la femme tunisienne et son apport dans l’édifice de la démocratie.

La Palestine et le Maghreb arabe ont une grande place dans nos cœurs

Sur le plan international, BCE a mentionné la regrettable situation de la Palestine et celle de la région du Maghreb arabe et sa conscience quant à l’importance de ces deux dossiers en rappelant que l’Union du grand Maghreb Arabe est toujours une priorité et que le Maghreb est notre deuxième patrie.

Des médailles de l’ordre de la République aux quatre membres représentatifs du Quartet et aux martyrs

À la suite de son allocution de circonstance, BCE a entrepris de décerner la médaille de l’ordre de la République aux quatre membres représentatifs du Quartet, en l’occurrence Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, Houcine Abassi, secrétaire général de l’UGTT, Mohamed Fadhel Mahfoudh, bâtonnier des avocats et le président de la LTDH Abdessattar Ben Moussa.

Protestations & malentendus

Carthage-une belle cérémonie commémorative du 4ème anniversaire de la Révolution du 14 janvier 2A titre posthume, Béji Caïd Essebsi a aussi décerné la médaille de l’ordre de la République aux martyrs, en remettant les médailles aux familles de Belaïd, Brahmi et Naguedh. Et c’est dans la foulée de ces distinctions que Béji Caïd Essebsi a été obligé de réagir en clôturant la cérémonie, suite aux fortes protestations issues d’une partie de l’assistance qui regroupait des blessés de la révolution et des membres de certaines familles de martyrs.

A priori, le malentendu a consisté au fait que les familles des martyrs voulaient réclamer la vérité sur les Kannassa (ou assassins) qui ont tué leurs martyrs, et pensaient aussi qu’elles allaient être écoutées et décorées, ce jour-ci (n’acceptant donc pas, de ne faire que de la figuration en cette symbolique circonstance).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here